Kan-si 09

par Olivier Couqueberg


La mondialisation nous est presentee comme une source intarissable de bonheur a venir. Plus de bonheur grace au commerce qui va donner a manger a l’humanite, plus de democratie grace a la liberte des echanges…

La mondialisation a une parole forte, tonitruante ; elle impose son dogme grace aux televisions, journaux, internet, FMI, OMC, bourses, politiques qui lui appartiennent en grande partie. C’est de la propagande qui ne dit pas son nom, comme le communisme au temps de Staline qui lui, promettait pour le future, une aube nouvelle.

Les artistes comme Kan-si sont la, pour poser des actes simples qui levent le voile sur ce mensonge qui nous environne.
Il donne la parole a une bouche anonyme, notre bouche, des milliards de bouches parlent par ces levres.
Ces levres que l’on n’entend pas , ces bouches qu’ils veulent fermer, ces mots qu’ils empechent de circuler. Ils nous prennent la parole, reprenons la parole.
Avec une seule bouche filmee comme avec un microscope, pour que nous voyons , pour que nous entendions precisement, au millimetre prêt, ce qu’il y a a dire, a denoncer sur cette mondialisation qui n’est pas faite pour les hommes. Une bouche en gros plan pour que chaque mot ait un poids. Une bouche calme qui clame doucement un requisitoire. Une bouche ronde, sensuelle, vivante qui parle de la mondialisation et de ses corteges de morts, de deplaces, des reves arraches, de civilizations bafouees.
Une voix de femme, tendre et implacable. Une voix qui parle la langue du dominant, la langue du commerce et de la mondialisation : l’Anglais.
Mais cette voix parle de tout autre chose, elle parle de ce que nous sommes qui ne correspond pas a la definition de ce qu’ils voudraient que nous soyons.
L’art de Kan-si est simple et intelligent comme un texte qu’il sert. Il est comme une affiche percutante, qui va a l’essentiel. Une affiche qui parle. La proposition artistique de Kan-si et les mots d’ Aminata Traore sont tellement limpides et profonds, qu’ils restent , inscrits en nous, comme un vaccin humaniste, comme une traduction qui poursuit son travail tous les jours pour que nous comprenions .

Olivier Couqueberg
directeur de l’ODDC (Office Departemental de Developpement Culturel des Cotes d’Armor) responsible artistique de “ l’Homme est un mystere”


« mentions légales » « SPIP » « webdesign choc02 » «  »