Série Etalage


Étalage


Faudrait-il en rire, faudrait-il en pleurer…La malchance et la précarité sont ils les décors éternels des gens de la périphérie. J’aurai souhaité d’être né dans un environnement plus agréable où mon existence ne sera jamais lié à une économie de la débrouille. Du marché Sandaga de Dakar au marché hebdomadaire de Mbirkilane, l’étalage de marchandise de récupération offre un décor pittoresque de plasticité, de petits objets à usage éphémère. Ces objets ont déjà traversé le temps empreint d’une mémoire, d’une odeur leurs usagers deviennent des reflets quotidiens d’objets usés qui voyagent dans le temps : l’étalage d’une économie de la débrouille avec ses icônes qui défient le temps avec le poids de marchandise de leur propre survie, empruntent les allées et ruelles de la ville. Ainsi ma ville se dévoile avec son chapelet de contradictions où la modernité s’assimile à la création d’un environnement précaire qui se traduit au quotidien par des clichés pas gênant en illustres ces images.

Pape SEYDI


« mentions légales » « SPIP » « webdesign choc02 » «  »